Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Dégustation: "L’ARTICULÉ" AU MENU À TOUMODI

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Carte postale Dégustation: "L’ARTICULÉ" AU MENU À TOUMODI

Dégustation: "L’ARTICULÉ" AU MENU À TOUMODI

Le Toumodi gastronomique a enrichi sa carte; avec notamment "l’Articulé", un nouveau menu qui a fait son apparition dans les maquis-buvettes de la place. Pour le plaisir des gourmets toujours en quête de nouvelles sensations, de nouveaux goûts.

«Depuis 2002, je cherche ce plat !». Rien qu’à entendre la jeune serveuse proposer "L’articulé" au nombre des plats qu’offre le maquis de "Tantie Nathalie", au quartier Toumodikro au centre ville, Maurice, jeune opérateur économique nouvellement installé à Toumodi salive déjà. Depuis qu’il a gouté à ce plat, pour la première fois, au "Zoo", un lieu de restauration rapide de Yopougon à Abidjan, il en redemande. Aussi, quelque temps après son arrivée dans la "Cité de l’agouti" (Toumodi doit cette réputation à la viande d’aulacode accommodée de différentes manières), quelle ne fût sa joie d’apprendre auprès des fins gourmets de la ville que "L’articulé", le plat de chaire de python, pour le commun des consommateurs, se fait une place dans certains maquis de la place.

En dépit du nombre appréciable de ceux qui, chaque jour s’affichent comme amateur de ce nouveau menu, l’on indique que pour l’heure, seul le maquis de "Tantie Nathalie" est le plus connu. Normal donc que les soirs, et le plus souvent les week-ends, ce lieu soit pris d’assaut. On peut alors voir des motos "Jakarta", "Léopard", "Ninja" et autres sont garées dans les abords immédiats de ce maquis-buvette.

Un petit tour dans l’arrière cour attenant au domicile de la tenancière permet de voir qu’autour des tables, sont assis de nombreux clients. Les uns dégustent un "Kédjénou" de "L’articulé", ou chaire de python mijotée à l’étouffée, servie avec une soupe épicée, quand d’autres, eux, mordent à belle dent dans un morceau de ce gros reptile, cuit à point sur une grille disposée sur de la braise incandescente; d’où la dénomination "à la braise", comme on dit ici.

Pour 1000 F CFA, l’on peut s’offrir un plat de "l’Articulé", quand celui d’agouti, lui, est proposé à 500 F CFA ou 800 F CFA. Et, à en croire les amateurs, l’on apprécie mieux la chaire de python lorsque l’on la consomme accompagnée de l’attiéké, ou semoule de manioc, ou tout simplement de riz; le tout arrosé de rasades de bière, de vin ou de liqueur. L’alcool aidant, les langues, tout doucement, se délient. L’on peut alors apprendre que "L’articulé" est tout simplement une dénomination métaphorique. Les amateurs de ce menu, qui manifestement ont de l’imagination, aurait adopté cette dénomination par rapport à la longueur du python qui rappelle celle des bus articulés ; plus longs que les bus ordinaires qui desservent les différentes communes d’Abidjan, la capitale économique.

"L’articulé" qui a fait entrée discrète dans les maquis-buvettes de Toumodi depuis quelques temps déjà, a manifestement du mal a se faire accepter. En témoigne la vive réaction de cette jeune fille, qui a systématiquement rejeté la commande passée par son petit ami: «Non, il ne mangera pas de ce plat en ma présence!». C’est que, à la seule évocation de ce menu, certains frémissent de frayeur, quand d’autres sont tout simplement pris de dégout, pour ne pas en dire plus.

Les amateurs de chaire de python, eux, justifient leur penchant pour "L’articulé" par rapport à la similitude qu’ils voient entre la chaire de python et les viandes blanches, le poisson notamment. «Si on enlève la peau, il n’y a pas de différence avec les autres viandes blanches», soutient Maurice. Qui, avec d’autres, jurent également par les supposées qualités thérapeutiques de ce produit de la chasse. Qui serait un remède efficace contre l’asthme.

Pour ces amateurs, "L’articulé" est le meilleur plat qui puisse être proposé au visiteur qui foule pour la première fois le sol de Toumodi; bien sûr après le traditionnel agouti. Le faisant, il s’agit là d’une grande marque de considération à l’endroit de l’hôte du moment, affirment- les consommateurs de la chaire de python. Qui soulignent, au passage, la rareté avec laquelle l’on trouve de la chaire de python, les chasseurs qui ravitaillent les maquis rentrant souvent bredouille de leur battue. Alors que la viande d’agouti, elle, est disponible à tout moment. Ce que confirme d’ailleurs Nathalie, la tenancière. Dont le restaurant-buvette ne désemplit pas.

CHEICKNA D. Salif

Envoyé spécial à Toumodi

 

Photos: CHEICKNA

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :