Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Croisière: UNE LAGUNE, SIX ÎLES ET DES VESTIGES À DÉCOUVRIR EN PAYS ÉHOTILÉ

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Carte postale Croisière: UNE LAGUNE, SIX ÎLES ET DES VESTIGES À DÉCOUVRIR EN PAYS ÉHOTILÉ

Croisière: UNE LAGUNE, SIX ÎLES ET DES VESTIGES À DÉCOUVRIR EN PAYS ÉHOTILÉ

Le décor naturel qui a inspiré le célèbre écrivain ivoirien, Amadou Koné, dans l’un des passages du roman "Les frasques d’Ebinto" est la lagune ABY. C’est le lieu où Monique, personnage principal et amie d’Ebinto Manzan, trouva la mort dans une noyade; en partance pour Akounougbé, après une réconciliation entre les deux jeunes amoureux.

Du roman "Les frasques d’Ebinto" d’Amadou Koné, dont des passages relatent les parties de baignade dans les eaux agitée de la lagune Aby, la mort pas noyade de Monique, l’amie d’Ebinto, dans le fleuve alors qu’elle allait en congé à Akounougbé, ou du décor enchanteur de la baie d’Ehoussou, dans la Sous-préfecture d’Etuéboué), difficile de dire ce qui fait la réputation de ce vaste plan d’eau. Au point d’attirer régulièrement des visiteurs en quête d’évasion.

Toujours est-il que la lagune Aby fascine plus d’un; par ses vagues à la fois violentes, douces et calmes. Car, c’est ce lagon qui accueille les eaux continentales de plusieurs fleuves, dont les plus importantes sont la Bia au nord et à la Tanoé à l’est et les eaux marines qui pénètrent profondément dans lagune. Ce qui en fait l’un des plus vastes plans d’eau du pays; qui mérite d’être visité, pour vivre la réalité de la sensation de ses paisibles vagues en milieu lagunaire et pour d’autres raisons attrayantes les unes que les autres.

Au nombre de celles-ci, le Parc national des îles Ehotilé (PNIE). Il est entouré par une vaste étendue d’eau; qui est compartimentée, du fait des hommes, en quatre: Aby-nord, Aby-sud, Tendo et Ehy. Dans ce parc, le nature est largement bienveillante; avec un complexe lagunaire est navigable par plusieurs endroits où règne un climat à la fois doux et frais; pour le bonheur les visiteurs qui, à la faveur d’une petite croisière à bord de l’une de ces nombreuses embarcations (simple pirogue, pirogues à moteur, bateaux de plaisance) peuvent côtoyer les barques de pêcheurs en pleine activité.

A partir de ce magnifique plan d’eau, à l’approche d’Etuéboué, le visiteur ne peut pas rater la vue de tout ce pan de l’histoire coloniale de la "Côte des bonnes gens"; ainsi que les premiers navigateurs désignaient cette partie du terroir qu’est aujourd’hui la Côte d’Ivoire, au regard de l’hospitalité avec laquelle les populations locales leur ont accordée alors qu’ils cherchaient à installer les premiers comptoirs. Ce pan de l’histoire de ce pays, ce sont les vestiges de la première école de ce pays et la résidence d’Arthur Verdier, celui-là même qui créa la première plantation sur cette terre café en "Terre d’Ebunie", autre appellation de la Côte d’Ivoire, à partir de plants venus du Libéria.

C’est dans cet environnement lagunaire que surgissent les "Îles Ehotilé", dont les berges sont léchées par des eaux, dont le degré de salinité est décroissant depuis les bras d’eau les plus proches de la passe ou du chenal. C’est là toute la spécificité de ces îles qui ont été érigées en Parc National par décret le 25 avril 1974, sur l'initiative des communautés locales; les populations Ehotilé, ayant manifesté leurs soucis de préserver leur histoire, leur culture, les vestiges et richesses naturelles de leurs îles.

De fait, le Parc National des "Îles Ehotilé" est non seulement constitué de six (6) îles (Assocomonobaha, Balouaté, Meha, Nyamouan, Elouamin et I'île sacrée Bosson Assoun), mais est également ceint d’eau. Mieux, ce parc renferme en son sein diverses richesses floristiques, fauniques et archéologiques. Ainsi, au plan de la flore, on indique qu’Assocomonobaha est célèbre pour ses trois (3) types de végétations : mangrove, forêt de terre ferme et plantations de cocotiers; qui s’étendent sur une surface de 327,5 ha. Les études du Professeur Laurent AKE ASSI ont permis de recenser 323 taxons (groupe d'organismes vivants descendent d'un même ancêtre et ayant certains caractères communs), répartis en 248 genres et 87 familles. On y trouve également une mangrove réduite, par ailleurs, à quelques pieds de beaux palétuviers rouges.

Au niveau de la faune, il y a été dénombré 128 espèces d'oiseaux réparties en 35 familles. Ce sont, pour la plupart, des espèces aquatiques auxquelles s'ajoutent, en saison sèche, des espèces migratrices. Le parc abrite aussi des mammifères traditionnellement issus de la forêt (céphalophes, potamochères, etc.); mais également deux espèces qui lui confèrent son originalité : la chauve-souris avec une importante colonie de roussettes des palmiers, qui logent sur l'île Balouaté. Les populations riveraines considèrent ces animaux comme le signe de la présence des parents disparus. Autre espèce animale, le lamantin, qui est un mammifère aquatique représentatif des lagunes ivoiriennes. Mais qui est menacé de disparition.

Dernières richesses qui finissent de faire des "Îles Ehotilé" une véritable l’attraction, ses vestiges archéologiques. Des fouilles ont permis de faire une découverte majeure : celle d'une importante nécropole établie sur un énorme amas coquillier coiffant presqu'entièrement un îlot faiblement émergé, l'île de Nyamouan. Selon toujours ces fouilles, dans les tombes, l’on trouve des bijoux en cuivre et une céramique funéraire façonnée à partir d’une argile blanchâtre avec des décors élaborés.

Ces objets datent du XVIIe siècle et les motifs décoratifs de cette céramique sont semblables à ceux que l’on trouve sur les sites du Ghana actuel. Et cela, alors même que les Ehotilés vivant dans 9 villages d'Adiaké (Akounoungbé, Etuéboué, Epelmlan, N'Galwa, Abiaty, Etuessika, Assomlan, Melekoukro, M'Braty et Vitré 1 et vitré 2 affirment que leurs ancêtres seraient sortis de l'eau et se sont installés sur l'île Monobaha (côté Ouest de l'île Assoko-monobaha).

Selon la tradition orale, c’est après avoir été combattus par les Agni de Krindjabo, qui les déportèrent sur la Bia, que les Ehotilés se sont retrouvés par la suite à Etuéboué, chef-lieu actuel du canton Ehotilé, tout autour de la lagune Aby; pour prévenir d'éventuelles invasions ennemies et empêcher leur peuple déjà minoritaire d'être décimé.

Située au nord d’Assocomonobaha, l’île Niamouin, d’une superficie de 47,5 ha (avec pour particularité son silence absolue) est le cimetière des ancêtres des Ehotilé. Voilà qui explique certainement la végétation relativement assez bien conservée et floristiquement riche. Quant à l’île Bosson Assohoun (32,5 ha), caractérisée pour son caractère sacré, elle représente un mystère et une curiosité à découvrir. Tout comme les îles les plus proches d’Assinie, c’est-à-dire Elouamin (22, 5 ha) et Meha (45 ha). Qui ont toutes la particularité d’être les plus petites; présentant des similitudes au niveau de leur végétation qui offre la vue d’innombrables mangroves.

Séparée de l’île Assocomonobaha par un petit chenal de 2 à 4 mètres de large, l’île Balouaté est également originale, par sa végétation constituée de mangroves mono spécifiques et sa faune dominée par d’innombrables chauves- souris. C’est à juste titre que cette île est appelée l’île aux chauves-souris. Car, c’est sur cet espace que l’on rencontre ces chiroptères. Au total, les îles Ehotilé, c’est une superficie de 550 ha à découvrir près d'Adiaké; par voie terrestre ou par la lagune Ebrié.

 

DEMBÉLÉ Arouna

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :