Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
BONS SIGNES

Screen

Profile

Direction

Menu Style

BONS SIGNES

L'économie se réveille progressivement dans la capitale de la région du Gbêkê. Elle sort d'une longue léthargie dans laquelle l'avait plongée la crise militaro politique qui lui a fait plus de mal à ce niveau que de bien.

 

Certes, l'on a vu le commerce local tourner pratiquement à plein régime, nourrit surtout par l'effet amplifié d'un trafic transfrontalier entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso notamment depuis la partie nord du pays. Et cela, conforté par l'absence totale de l'administration douanière et fiscale nationale ayant toute la compétence requise, pour y mener les prélèvements nécessaires.

Mais, à ce jour, tout cela n'est que vieux souvenir. Une dynamique nouvelle s'empare petit à petit, de l'économie de la deuxième grande ville de la Côte d'Ivoire. Et les  premier des  bons signes permettant de l'affirmer est ce besoin qu'éprouve aujourd’hui, l'instance municipale d'aménager une nouvelle zone industrielle. D'autant que les investisseurs se signalent, désireux de contribuer à la reconstitution du tissu industriel de la commune. Et partant à l'amélioration du bien être de ses habitants.

Voilà, une situation que le maire devrait pourtant sentir venir. Lui qui, à la faveur de la viste d'Etat que le Président de la République SEM. Alasane Ouattara y a effectuée il y a quelques mois, commentait déjà avec un certain enthousiasme mal dissimulé, l'intérêt des investisseurs potentiels pour la ville de Bouaké. N'avait-il pas su mesurer toute la portée de leur engagement, ou c'était- il simplement dit que rien n'urgeait en la matière et que l'on avait ce faisant, tout le temps de leur trouver des endroits bien appropriés?

C'est donc là, estimons-nous, une erreur d'appréciation qui mérite d'être réparée très rapidement. Afin que les autres argentiers que Bouaké va certainement tenter, ne perdent pas courage devant l'absence de zone appropriée à leur investissement. Les trois cents hectares que la mairie entend délimiter à cet  effet du côté de l'aéroport, sont bons à prendre dans un premier temps. Tout en réalisant que d'autres lieux seront identifiés au cours des temps à venir, pour accueillir d'autres industriels qui voudront bien se signaler.

L'autre preuve du renouveau de l'économie de cette ville, est le gonflement hautement significatif des recettes municipales. Un fait d'autant remarquable que le budget municipal est passé de 1.600.000. 000 de F CFA, à 1. 900.000.000 de F CFA. A présent, il faut pouvoir maintenir ce cap. L'améliorer et l'amplifier surtout. Afin que soit maintenu et surtout poursuivi, le changement notable que le programme présidentiel d'urgence, fortement salué par tous, est venu imprimer à la capitale de la région du Gbêkê.

Pour ainsi obtenir,  une synergie d'actions issues de tous les secteurs d'activité, dans la noble optique de soutenir la relance du développement local. Nous invitons vivement le maire et son équipe à s'y engager fermement.


Zeïnab TOURÉ

 

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :