Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
RISQUE DE DÉRAPAGE

Screen

Profile

Direction

Menu Style

RISQUE DE DÉRAPAGE

L’Agneby-Tiassa en plein dans l'innovation. Récemment, un Conseil local de développement durable (CLDD) a été installé à Aboudé Kouassikro, petite localité située à 45 km d’Agboville. Avec cet interface du Conseil régional, et ceux dont seront dotés d’autres villages de la région, l’équipe du président MBOLO Martin entend répondre aux aspirations des populations des zones les plus reculées de ce terroir.

Un pari. Et, le mot semble tout à fait indiqué pour décrire la démarche que vient d’initier le Conseil général de l’Agneby-Tiassa en vue de la fourniture de services de proximité. Récemment, à la faveur de l’installation du CLDD d’Aboudé-Kouassikro, il a été expliqué aux populations que cette nouvelle structure, basée sur les chefs de famille qui choisissent en leur sein "une sorte de député du village", doit nécessairement être l’interface entre les populations et le Conseil régional. La finalité est la recherche de l’efficacité par un travail méticuleux. Pour ce faire, tous les villages de l’Agneby-Tiassa ont été encouragés à transformer leurs mutuelles de développement en CLDD.

Comme cela se fait sous d’autres cieux où la participation des citoyens à la gestion de leurs propres affaires est bien établie, dans l’Agneby-Tiassa, les CLDD sont appelés à être des instances de consultation pour les projets initiés au niveau régional. Leur rôle sera de veiller à la prise en compte des préoccupations des populations locales, favorisant ainsi le dialogue avec les équipes du Conseil général. Une approche qui, en Côte d’Ivoire, épouse le cadre du Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP).

Aussi, pour espérer corriger la faible participation de la population au processus de développement et de réduction des disparités régionales, faciliter l’accessibilité aux biens et services sociaux de base (santé, éducation, eau potable, assainissement, électricité, pistes, etc.), les CLDD ne doivent pas être détournés de leur objectif. A en croire notre confrère, l’AIP, MBOLO Martin a «…adressé une sévère mise en garde aux élus et cadres, qui, tapis dans l’ombre, vont chercher à intoxiquer le Conseil local, en pratiquant la politique politicienne au lieu de soutenir l’action de développement initiée par ce projet». Un avertissement sans frais qui, en principe, ne devrait pas faire de mal, dirait-on.

A priori, rien à dire sur ce message de cadrage; tant est qu’il vise à prévenir tout risque de dérapage pour cette grande première dans l'histoire relativement récente de la décentralisation en Côte d’Ivoire. Sauf que, au moment même où l’heure du bilan approche, se pose la question de l’opportunité de la mise en place des CLDD aujourd’hui; même s’il est vrai qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Par ailleurs, malgré ces garde-fous, ne risque-t-on pas une sortie de route, en sonnant le début des hostilités avant même que les prochaines joutes locales ne soient ouvertes ? La jungle politique ayant ses réalités, l’on peut s’attendre à ce que, très rapidement, des ambitions légitimes se manifestent au grand jour; comme la faim chasse le loup hors du bois.

La compétition est légitime. Point n’est donc besoin de chercher à verrouiller le jeu. Ici, et sans aucun doute dans d’autres régions, le temps de l’épreuve se profile donc à l’horizon. Pour les potentiels candidats aux différentes élections locales, c’est bientôt la fin de l'attentisme. Une situation sensible face à laquelle l’autorité centrale a déjà recommandé aux élus et hommes politiques de faire en sorte que la paix ne soit pas troublée durant les futures élections locales. Tout dépendra très largement donc d'une population jusque-là bien ambivalente.

Autant, celle-ci apprécie à sa juste valeur tout ce qui a jusque là été fait pour améliorer ses conditions de vie, autant elle est susceptible de céder aux premiers chants des sirènes. Comme si, tout en reconnaissant les efforts faits pour traduire dans les faits et dans les projets les promesses électorales qui leur ont été faites, elles sont prêtes à tenter une autre aventure; pourvu seulement que cette dernière soit présentée à coups d’arguments sonnants et trébuchants. Et ce sentiment là, c'est le véritable enjeu de toutes les consultations électorales sous nos cieux.

 

TANOH Benoît

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :