Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Sans complexe: NULLE PLACE OÚ LEURS…RATEAUX NE PASSENT ET REPASSENT

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Sans complexe: NULLE PLACE OÚ LEURS…RATEAUX NE PASSENT ET REPASSENT

Ils sont au nombre d’une centaine de jeunes, dont l’âge oscille entre 18 et 35 ans. Ils s’occupent de la propreté des routes et grandes artères du Département d’Aboisso. Aussi, fortement impressionnée par l’engagement de ces jeunes qui ont osé se débarrasser de toute forme de complexe, pour assurer l’assainissement des bordures des routes, la population de la "Cité sur le rocher" les appelle affectueusement, "les champions des routes". Ils travaillent sous le couvert de l'Agence de gestion des routes (Ageroute) qui, est en partenariat avec la municipalité d’Aboisso sur cette activité.


A Aboisso, vivent 100 jeunes volontaires, dont 40 filles, qui font bien leur travail. Très tôt les matins, ils se réunissent à la direction de l'Agence de gestion des routes (Ageroute) d’Aboisso, au quartier Bellevue pour s’informer sur le planning de la journée ; en fonction des différentes sections mises déjà en place. La "Section ville", est composée de 40 éléments, quand celle des zones rurales, elle, est formée de 60 commandos de la salubrité.

Encadrés par leurs chefs d’équipe, ils évoluent par groupe de 20 avec 6 filles dans chaque ensemble. Cela donne au total 5groupes de travail, à qui le matériel de travail est distribué. C’est dans une atmosphère de gaieté et bon enfant qu’ils embarquent à bord des camions qui les transportent sur les divers sites retenus.

Une fois sur les lieux, la route ou la piste, c’est selon, est passée au peigne fin, ne laissant nulle place où le balai, le râteau, la machette ne passe et repasse. En un laps de temps, les principaux quartiers de la ville, la chaussée, les trottoirs ou bas côtés des routes sont débarrassés de toutes sortes d’ordure, les caniveaux curés, les détritus acheminés au dépotoir de la ville. Sur les pistes, la broussaille est coupée, dégagée; tout comme les arbustes ou branches d’arbres encombrants.

Rien qu’à voir l’ampleur de la tâche abattue en une demi-journée, on comprend la dextérité avec laquelle ils manient le balai, le râteau, la pelle et la marchette. En témoignent l’aération des bas côtés des routes menant à la ville, la propreté de la chaussée, principalement celle de la route internationale dès l’entrée de la ville.

C’est avec beaucoup d’assurance qu’ils attendent le passage de leurs chefs d’équipe respectifs, pour contrôler et apprécier le travail, sur le coup de 12 heures; étant entendu qu’ils sont cons auront à retourner sur le chantier du jour pour achever le travail, si celui-ci avait été mal fait. C’est avec beaucoup de fierté qu’ils perçoivent leur prime de collation de la journée, qui s’élève à 2 500 F CFA par personne.

Pour chacun de ces jeunes, c’est à partir de cette modique somme qu’ils épargnent, pour espérer réaliser une petite activité génératrice de revenu. Depuis 2009 –date de la signature du  partenariat avec les autorités locales– c’est la rupture avec la facilité. Pour se prendre en charge, prendre en main leur destin, tout en se rendant utile à la société.



SENI FIRMIN

 

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :