Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Tête bien faite : À 16 ANS, HABY CROIT EN CE QU’ELLE FAIT, MAIS...

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Tête bien faite : À 16 ANS, HABY CROIT EN CE QU’ELLE FAIT, MAIS...

«Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années». Cette citation de Pierre Corneille va comme un gant à Mlle Wané Haby, du Collège d’enseignement général et technique professionnel Sakanogo de Korhogo. A 16 ans, elle a été déclarée meilleur élève de la classe, sur 30 de ses condisciples de la seconde G2 comptabilité. En dépit de ces aptitudes, cette brillante élève n’a, aujourd’hui, aucune idée de ce à quoi elle se destine.

À 16 ans, et Wané Haby se signale comme une âme généreuse en matière d’effort intellectuel. Ses résultats scolaires en disent long sur ses potentialités: 17,33 de moyenne en Economie, 17.33 en Mathématiques générales, 14,83 en Math financière, 14,50 en Français, 13,77 en Informatique, 15,75 en Comptabilité, 13,77en Connaissance du monde contemporain (CMC), 16 en Droit, 15,21 en Anglais et 09,60 en Education physique et sportive (EPS) (elle dit ressentir de vives douleurs au vendre lorsqu’elle fournit des efforts physiques. Haby, qui sait cependant qu’un esprit sain doit habiter un corps sain s’efforce tout de même de pratiquer quelques exercices physiques. Ce sont là autant de ressources qui valent à Haby l’admiration de tous: ses camarades d’école, ses enseignants et le personnel de son établissement scolaire, le Collège d’enseignement général et technique professionnel Sakanogo de Korhogo; mais qui ne lui montent nullement à la tête.

Si l’on en croit M. Koné Gbodji Gérard, son professeur de mathématique et professeur principal, Haby est une élève réservée. Qui ne participe pas moins au cours, avec des interventions justes. Et d’ajouter, Haby est «…très consciencieuse et prend son travail au sérieux». Mieux, selon toujours M. Koné Gbodji, Wané Haby est «…très attentive en classe, qui croit en ce qu’elle fait». En tout cas, le souhait du professeur est que sa jeune élève poursuive sur sa lancée, pour sa réussite personnelle. Qui, du reste, rejaillit sur l’enseignement technique à Korhogo. «C’est une très bonne élève. Il est vraiment rare de trouver, de nos jours, des élèves excellents dans toutes les matières», affirme M. Koné Gbodji Gérard.

Aux dires de l’enseignant, Wané Haby est une élève assidue. «Elle n’a enregistré, pendant toute l’année, aucune heure d’absence». Et d’ajouter: « Très calme, elle ne se mêle pas des yoyos des élèves, surtout des jeunes filles dans la cours de l’école. Sa moyenne en conduite est de 16/20».

Haby, qui avoue ne pas avoir d’amis, révèle que le secret de sa réussite réside dans le travail. Pour celle qui affirme que «nul ne naît excellent», le tout réside dans le travail et l’abnégation: «Je travaille beaucoup à la maison », tient-elle à souligner. Avant de préciser toute de suite qu’elle bénéficie juste du soutien d’un répétiteur en mathématique. «Dans les autres matières, je me débrouille seule à la maison. Quand je ne comprends pas, je n’hésite pas à demander des explications aux professeurs du collège». Aussi, Wané Haby qui juge satisfaisant l’enseignement que dispensent les professeurs de son collège, souhaite que les élèves de son établissement fassent comme elle, s’ils veulent réussir leurs études.

Derrière cette apparence de jeune élève studieuse, Wané Haby n’est aidée, ni par son jeune âge, ni par son environnement familial. Ainsi, lorsqu’on lui demande quelle profession elle veut exercer après ses études, elle reste silence, quand elle ne répond pas tout juste qu’elle sera un jour comptable. Pas plus.

Née d’un père commerçant sénégalais, justifiant d’un niveau d’étude secondaire (3ème) et d’une mère sénoufo, directrice d’une école maternelle à Tengrela, Wané Haby a fait ses études primaires, puis secondaires dans la capitale de la cité de la Bagoué, c’est-à-dire Tengrela. Après son BEPC en 2011, Haby est orientée à Korhogo, au Collège Sakanogo. Dans cette ville, où elle débarque, sans en avoir la moindre idée, Haby vit chez un tuteur, forgeron de son état.

Wané Haby a été admise au Collège d’enseignement général et technique professionnel Sakanogo de Korhogo après avoir opté pour des études en comptabilité. Ce choix était le second après la Bio-chimie (elle aime cette matière et veut être chimiste), et avant le Transit transport. «J’ai choisi ces matières sans penser à une profession. Ce sont des matières que j’aime », explique-t-elle. C’est plus tard que sa mère a été informée des choix opérés par sa fille. Ce qui ne l’a pas empêché de lui accorder sa bénédiction.

 

Renée Blassonny

Correspondant régional

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :