Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Après plus de 30 ans...: LE MÉTRO D’ABIDJAN ENTRE EN GARE EN OCTOBRE 2019

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Après plus de 30 ans...: LE MÉTRO D’ABIDJAN ENTRE EN GARE EN OCTOBRE 2019

Le premier métro de l’histoire de la Côte d’Ivoire et de l’agglomération d’Abidjan, c’est pour l’horizon 2020. Dans quelque 5 petites années donc. Une convention de concession vient d’être signée entre l’Etat de Côte d’Ivoire qui détermine les conditions de réalisation et de financement de cet ambitieux projet de transport ferroviaire urbain.

Abidjan, la capitale économique ivoirienne va avoir enfin son métro. Une convention de concession a été signée le 6 juillet dernier entre l’Etat de Côte d’Ivoire et la Société de Transports Abidjanais sur Rail (STAR, un consortium franco-coréen constitué des entreprises BOUYGUES CONSTRUCTION, DONGSAN ENGINEERING, HYUNDAI ROTEM et KEOLIS, pour « la conception, le financement, la réalisation et l’exploitation du projet de Metro d’Abidjan ». Un vieux projet datant des années 1980 et initialement connu sous la dénomination de « train urbain d’Abidjan », qui vient d’être rebaptisé « Métro d’Abidjan », pour rester dans l’air du temps.

Côté durée ou délai, les Abidjanais et les usagers des transports collectifs devront attendre au moins 5 ans et demi, pour voir « leur Métro » entrer en gare, pour la première fois. La première phase des travaux, y compris les travaux préparatoires, est prévue pour s’achever en octobre 2019. La fin déclarée de l’ensemble du chantier interviendra un an plus tard, soit en octobre 2020, avec la mise en service définitive du Métro.

Le projet de Métro d’Abidjan, selon le Ministre des Transports, Gaoussou TOURE, qui a signé la convention de concession avec les représentants de la société STAR, s’inscrit dans le cadre de « la recherche de solutions pérennes susceptibles de répondre aux difficultés relatives au transport urbain de voyageurs dans le District d’Abidjan ».

Il s’agit, selon un communiqué publié par ce même ministère, d’ « un service de transports publics de voyageurs qui viendra compléter les services de transports existants pour satisfaire, tant sur le plan qualitatif que quantitatif, la forte expression de la demande de transport, entre les différentes communes qui composent le District d’Abidjan » ; agglomération qui, selon les résultats du RGPH 2014 (Recensement Général de la Population et de l’Habitat), revendique quelque 5 millions d’habitants.

Le métro d’Abidjan reliera, sur une ligne de fer 37.5 kilomètres de long, la commune d’Anyama, au nord d’Abidjan, à l’aéroport international Félix Houphouët Boigny de Port-Bouët, au sud, via les communes d’ Abobo, d’Adjamé, du Plateau, de Treichville, Marcory et Koumassi. L’axe Nord-Sud (Anyama-Port-Bouët) charrie le gros de la demande de transport exprimée par l’ensemble de la douzaine de communes que compte l’agglomération d’Abidjan.

Pour des raisons d’économie (limitation du niveau des nouveaux investissements, gain de temps, et minoration des besoins d’expropriations et des déplacements massifs de populations), le gouvernement a décidé que le Projet utilisera les emprises de la ligne de chemin de fer Abidjan-Ouagadougou qu’exploite actuellement la Société internationale de transport africain par rail (SITARAIL). Le ministre Gaoussou TOURE, qui joue l’interface avec ses collègues Nialé KABA (Economie et Finances) et Abdourahmane CISSE (Budget) a fait savoir aux responsables du consortium franco-coréen que le gouvernement ivoirien souhaite que « le service de train urbain ait une forte image de modernité, de régularité et d’efficacité»

Autres attentes formulées par le gouvernement, le projet doit permettre d’améliorer le confort et le bien-être des utilisateurs des transports collectifs, d’augmenter significativement la productivité au travail, et de réduire par ailleurs les émissions de CO2 (oxyde de carbone) et leurs effets néfastes sur l’environnement, la santé et la qualité de vie des Abidjanais.

En attendant, la société concessionnaire devrait disposer d’une enveloppe de 26 milliards de francs CFA, pour le financement des travaux préparatoires. Ce financement, ainsi que prévu par la convention de concession, sera assuré par la Banque Atlantique de Côte d’Ivoire (BACI) à travers un prêt direct qu’elle va consentir à la société STAR. Mais ce ne sera pas tout. Au bout du compte, ce sera quelque 800 milliards de francs CFA.que ce consortium devrait mobiliser, pour boucler ce projet, pour le moins ambitieux, de Métro d’Abidjan.

Selon des sources bien introduites, un autre projet du même est prévu pour prendre en compte les besoins de l’axe transversal (Est-Ouest) qui relie Bingerville-Yopougon, dans cette même agglomération d’Abidjan. Ce sera en fait une extension, du service ferroviaire urbain dont les travaux préparatoires sont en instance de démarrage.

 

Ralph ABOUHO

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :