Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Challenge: LES JEUNES DU SANWI SEDUISENT LE PNUD

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Enquêtes / reportages Challenge: LES JEUNES DU SANWI SEDUISENT LE PNUD

Challenge: LES JEUNES DU SANWI SEDUISENT LE PNUD

  • PDF

A en croire les chiffres du dernier recensement général de la population de 1998, le Département d’Aboisso compte 60% de jeunes. Depuis 1992 que ces derniers ont pris consciente de leur poids et de leur importance en tant que force vive, ils ont décidé de ne pas rester en marge du développement économique et social. Aussi, se sont-ils regroupés au sein de l’Union des jeunes de la commune d’Aboisso (Ujca).

Les jeunes d’Aboisso n’ont pas attendu les structures de l’Etat pour engager des actions de développement local. Armés de leur seuls sens de la concertation et de l’autonomie dans les prises de décisions, ils ont mis en place seize (16) groupements (qu’ils appellent secteurs); dont quatre (4) dans les villages d’Ayébo, Assouba, Bakro et Ebokoffi. Chacun de ces démembrements conduisant et gérant un projet communautaire dans sa sphère de compétence.

De façon générale, ces projets portent sur des activités d’agriculture, d’élevage et de commerce. Ce sont là des actions de développement dont la portée en matière de lutte contre la pauvreté et de création de richesse ont convaincu la mairie d’Aboisso de les accompagner et de les encadrer.

Fort de la caution morale et de l’appui financier de l’autorité municipale, les jeunes du secteur d’Assouba et "Rive gauche" se sont respectivement investis, dès 2009, dans la culture et la vente de pépinières d’hévéas, d’une part, et de pisciculture, de l’autre. Si la première activité, qui a porté sur une production de 100 ha de pépinières, a permis de générer environ 12 millions 5OO mille FCFA, les fruits de la pêche dans l’étang piscicole ont rapporté également des revenus conséquents. Des projets porteurs mais qui, on ne sait trop pour quelles raisons, ont tourné court après les premières recettes.

Nullement découragée par ce coup d’arrêt inattendu, l’Ujca a choisi de rebondir. Cette fois-ci, tenant compte des désidératas des différents délégués de secteurs, deux (2) grands projets fédérateurs ont été lancés. Le premier est relatif à l’exploitation d’une aire de 30 ha en vue de produire du riz, pour un coût global de 34 millions de F CFA.

La rédaction de ce projet est marquée du sceau de l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader) et nécessité un financement de 300 mille F CFA supporté par le parrain des jeunes, M. N’Gouan Jérémie. Mieux, ce projet porteur bénéficie de l’approbation et du soutien du Programme des nations unies pour le développement (Pnud) ; qui a promis indiquer le mode opératoire à suivre après la période des élections.

Ce projet emploiera une centaine de jeunes ; permettant ainsi de régler trois (3) grands problèmes. Il s’agit d’abord de permettre au Département d’Aboisso d’atteindre l’autosuffisance alimentaire en riz. Ensuite, la commercialisation des récoltes devraient permettre aux jeunes regroupés au sein de l’Ujca d’atteindre l’autonomie financière. Dernier problème que cette exploitation rizicole devrait atteindre, la réduction considérable du chômage dans le département ; la cible étant des jeunes déscolarisés et sans emploi aimant le travail de la terre.

Le 2ème projet lancé par l’Ujca, lui porte sur la production de géo-béton, ou encore de blocs de terre stabilisés. Son coût de réalisation : 25 millions de francs CFA. Concrètement, ce "projet géo-béton" commencera avec 50 jeunes en emploi direct, quand les empois indirects, eux, dépendront de l’évolution de la situation.

Cet autre projet devrait permettre d’atteindre trois (3) objectifs. A savoir, la promotion des maisons géo-béton, de moindre coût, de faire face au problème économique et à l’emploi des jeunes. Tout cela passera par l’acquisition de machines modernes, capables de réaliser ce type de briques. Qui devrait, naturellement, intéresser les promoteurs immobiliers désireux de réaliser des maisons solides à moindre coût.

En dehors de ces deux projets porteurs, l’Union des jeunes de la commune d’Aboisso (Ujca) s’engage dans le social, particulièrement dans le domaine de l’Education. C’est ainsi qu’à chaque rentrée scolaire, ils entreprennent de négocier des prises en charge pour leurs camarades, à hauteur de 50%. Pour cela, ils adressent leurs requêtes à la Mairie, au Conseil général et à leur parrain. Grâce à leurs interventions, plus d’une cinquantaine d’enfants, des collèges, lycées et grandes écoles peuvent intégrer des établissements secondaires ou supérieurs, ou poursuivre leur cursus. Ce n’est pas tout, puisque l’Ujca accompagne ses ″filleuls″ pour qui elle organise des cours de mise à niveau et de vacances.

Côté sport, l’Union des jeunes de la commune d’Aboisso organise essentiellement et périodiquement des tournois de Maracaña, ou football à six, afin de resserrer les liens de solidarité et d’amitié entre jeunes. Pour joindre l’utile à l’agréable, l’Ujca organise souvent des ″ Opérations Environnement propre″. Toutes ces bonnes dispositions aidant, le Conseil général d’Aboisso se montre réceptif aux projets que lui présente cette union de jeunes ruraux. Et cela, tant au niveau communautaire que lucratif. C’est ainsi que l’aide de partenaires contactés par les autorités locales, les jeunes du village de Sanhouman ont pu bénéficier d’une formation à la chaîne de production de l’hévéa et du palmier de l’année 2005 à 2010. Une formation à l’issue de laquelle les jeunes de ce village ont pu recevoir 350 plants par an ; plants grâce auxquels les premières plantations sont déjà en production.

 

 

DEMBELE Arouna

Mise à jour le Dimanche, 01 Mars 2015 20:46

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :