Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Pression : UN AUTRE AVERTISSEMENT POUR LES INFILTRÉS DU PARC DE LA MARAHOUÉ

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Pression : UN AUTRE AVERTISSEMENT POUR LES INFILTRÉS DU PARC DE LA MARAHOUÉ

Ils viennent d’être prévenus encore une fois, les habitants du parc national de la Marahoué, non loin de Bouaflé. Le temps où les injonctions de l’autorité administrative demandant aux infiltrés de nos aires protégées de déguerpir des lieux restaient lettre morte est révolu.

« J’invite les populations installées dans le parc, au nom de monsieur le préfet de la Marahoué à y sortir pendant qu’il est encore temps ». Ces propos, qui ont valeur d’ultimatum, le Secrétaire général 1 de la préfecture de Bouaflé, Kouakou Kouadio Laurent, les a tenus le 7 août dernier, lors de la célébration de la fête de l’indépendance en présence des autorités administratives, politiques de la région.

C’est que, trois mois après avoir été sommés de libérer les lieux avant la fin du mois de juin, lors d’une rencontre avec les autorités administratives et responsables de l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR), les populations infiltrées illicitement dans le parc national de la Marahoué, depuis plusieurs années ne se sont pas encore pliées à cette injonction des pouvoirs publics.

Aussi, afin d’obtenir le soutien de la chefferie traditionnelle des localités avoisinantes de ce parc en vue de la mise en œuvre de cette décision, le Secrétaire général que les parcs et réserves jouent un grand rôle dans la conservation de l’écosystème. Il ajoutera, par ailleurs, que ces aires protégées répondent à plusieurs enjeux, notamment les enjeux écologiques et environnementaux, économiques, sociaux, scientifiques et éducatifs.

Mieux, l’autorité administrative a indiqué que le président de la République, Alassane Ouattara, tient toujours son engagement d'apurer les parcs et réserves, invitant les habitants du parc de la Marahoué à prendre toutes les dispositions utiles en vue de sortir dignement du parc avant qu’il ne soit trop tard. Une allusion à peine voilée du sort réservé,aux populations du parc national du Mont Peko, dans le département de Duékoué, région du Guémon dans le grand ouest ivoirien.

L’on se souvient qu’après d’intenses campagnes de sensibilisation à l’endroit des producteurs illégaux de cacao installés dans le parc national de mont Peko, le gouvernement ivoirien a fait montre de fermeté. Au point où, le 31 Juillet 2016, daté limite indiquée pour que les occupants illégaux en sortent totalement, ces populations ont dû se résoudre à quitter spontanément quitté, par milliers, la forêt pour trouver refuge dans les villages riverains; amenant ainsi près de 28000 familles à se retrouver sans logement et à vivre dans la précarité. Tout simplement parce qu’elles pensaient ruser pour mettre les pouvoirs publics devant le fait accompli.

 

Pascal GUÉLADÉ

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :