Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Autonomisation : LES FEMMES ET LES JEUNES DU N’ZI BIENTÔT À LA CAISSE

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Autonomisation : LES FEMMES ET LES JEUNES DU N’ZI BIENTÔT À LA CAISSE

Troisième session ordinaire du Conseil régional du N’zi le 30 septembre dernier. Cette assemblée ayant à charge la gestion des affaires annonce que le Fonds régional de garantie pour l’aide au développement économique (FRADE) va bientôt entrer dans sa phase opérationnelle.

On devine la joie des populations de Dimbokro, Bocanda et Kouassi-Kouassikro, les trois départements de la région du N’zi. Les premiers prêts octroyés dans le cadre du Fonds régional de garantie pour l’aide au développement économique (FRADE) mis en place par le conseil régional en vue de lutter contre la pauvreté seront bientôt effectifs à travers des micro-projets. L’information a été rendue publique le 30 septembre dernier, à l’occasion de la troisième session ordinaire du conseil par le président Bernard N’guessan Koffi.

Soutenu par une enveloppe d’un montant de 110 millions de FCFA dégagé par le Conseil régional du N’zi, le FRADE est logé à la Coopérative d’épargne et de crédit (Coopec) de Dimbokro. Sa vocation, financer des micro-projets générateurs de revenus pour l’autonomisation des femmes et des jeunes. A cet effet, le Conseil régional du N’zi prévoit, pour les trois prochaines années, un investissement de plus de cinq milliards de FCFA.

De fait, le N’zi est riche de ses potentialités économiques que peuvent mettre en valeur les jeunes et les femmes de la région. Il s’agit, particulièrement de l'agriculture dans cette ancienne « boucle du cacao » où la culture du riz pluvial vient en deuxième position avec plus de 20% de la superficie totale cultivée. On y cultive également l'igname, le manioc, le maïs, la banane plantain, l'arachide ainsi que les cultures maraîchères et fruitières.

Pour le Conseil régional, il s’agit également d'autres activités qui pourraient être investis par les jeunes. A savoir l'élevage, de la pêche. Ce à quoi s’ajoutent le commerce, le transport, l’artisanat et le tourisme; sans oublier les activités de transport de marchandises en dépit de l'état défectueux des routes. Ici, l'amélioration des voies d'accès aux localités rurales contribuerait énormément à l'écoulement des productions agricoles vers les grands centres urbains et au développement du commerce.

 

Sidoine KAN

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :