Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Booster : LE GBÈKÈ, ACTEUR MAJEUR DE LA TRANSFORMATION DU MANIOC

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Booster : LE GBÈKÈ, ACTEUR MAJEUR DE LA TRANSFORMATION DU MANIOC

Avec l’unité de transformation de manioc inaugurée, récemment à Djébounoua à quelques 21 Km de Bouaké, la région du Gbèkè positionne comme l’une des zones de production de l’attiéké, présenté comme l’autre "Or blanc".

« On peut se réjouir dans le Gbêkê parce que c’est un projet qui est très important. Tellement important, ce projet de manioc, qu’on a le droit de se réjouir ». Propos plein d’enthousiasme de Jean Kouassi Abonouan, le président du Conseil régional, à la cérémonie marquant la mise en service officielle de l’unité de transformation de Djébonoua.

Il s’agit d’une usine équipée de broyeuses, de pressoirs, de séchoirs, d’un appareil pour la semoule et d’une cuisinière qui produira en moyenne 120 Tonnes d’attiéké (semoule de manioc cuite à la vapeur) en dix heures par jour et d’autres dérivés tels que le gari, l’alcool 90°, le biogaz. Des équipements qui permettront de mettre en œuvre des processus de transformation qui seront assurés par 255 employés, dont 55 en direct. A terme, c’est un total de 1000 emplois qui devait être créé dans le seul Gbêkê avec le développement de la transformation du manioc dans la région.

Cette unité de transformation de Djebonoua et les trois autres prévues à Botro, Sakassou et Béoumi devraient permettre à la région du Gbêkê, dont la production annuelle moyenne est de 450 000 Tonnes, de se positionner comme un facteur majeur pour la création de richesse dans la région. Autant pour les producteurs de manioc de la localité, dont les un exploitent des centaines d’hectare pour qui cette unité de transformation et toutes celles à venir se présentent également comme un déboucher sûr pour l’écoulement de leurs récoltes que pour la commercialisation de l’attiéké détenue par de nombreuses coopératives de femmes faisant dans le vivrier. Toute chose qui porte à penser que le manioc est en passer de devenir l’autre or blanc.

A noter que, de par sa situation géographique, la région du Gbêkê constitue déjà le principal point d’approvisionnement en différents produits et sous-produits issus de la transformation du manioc pour la sous-région. Au cours de l’année 2017, sur les 4.100 Tonnes d’attiéké exportées de la Côte d’Ivoire vers le Mali, Bouaké en a fourni 588,5. Ce qui laisse croire qu’avec l’unité industrielle de Djébonoua et celles à venir, le manioc est en passe de devenir l’autre "Or blanc" à côté du coton, culture qui s'est raréfiée à cause de la chute de ses prix.


Akou N’DOLI

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :