Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Intérêt : LES MOTO-TAXIS INDÉSIRABLES DANS LE KABADOUGOU ET LE FOLON

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Intérêt : LES MOTO-TAXIS INDÉSIRABLES DANS LE KABADOUGOU ET LE FOLON

Les propriétaires et chauffeurs de taxis ordinaires de la région du Kabadougou et du Folon vivent mal la présence des motos et tricycles dans le transport. Ils ont saisi l’opportunité d’un atelier de formation et de sensibilisation sur les textes qui régissent le secteur des transports pour dire haut et fort ce qui se murmurait dans le secteur.

Le ministère des Transports qui ouvre un atelier de formation et de sensibilisation à Odienné, le 20 janvier dernier pour informer, sensibiliser et amener les acteurs de ce secteur à s’approprier les textes régissant leurs activités. En face, les propriétaires et syndicats de chauffeurs qui n’ont pas voulu laisser passer l’occasion. Supportant difficilement la réduction de leurs recettes qui se réduisent comme peau de chagrin depuis dix ans déjà, ils ont plaidé pour que soit mis fin à l’immixtion des "Deux et trois roues" dans le convoyage des personnes.

De fait, la crise politico-militaire qui frappé la Côte d'Ivoire en 2002 a divisé la Côte d’Ivoire en deux. La zone Centre-Nord-Ouest (CNO) échappant au contrôle à l’administration centrale jusqu’en 2010, les engins à deux-roues et tricycles ont fait une entrée fulgurante sur le marché du transport public. En même temps que ce nouveau type de convoyage s’imposait dans les habitudes des usagers de cette partie du pays, les transporteurs disposant de véhicule à 4 roues, eux, subissaient la concurrence déloyale des ces nouveaux acteurs du transport en commun. Et ce d'autant plus qu'ils ne sont pas soumis aux charges et taxes officielles. Un conflit d’intérêt qui dure depuis dix ans.

Quand bien même avec l’annexe fiscale de la loi de finance 2018 instituant désormais une contribution forfaitaire annuelle pour les acteurs du transport de personnes ou de marchandises par motos-taxis, l’Etat entend corriger les inégalités de traitement, dans le Kabadougou et le Folon on souhaite vivement ne pas partager le gâteau en ce qui concerne le transport des personnes. Dès lors, la balle est dans le camp des usagers; lesquels ont le choix entre, d’une part la flexibilité dans le parcours/trajet, le coût et l’accessibilité et de l’autre, le confort et la sécurité.

 

Jules TCHONGOLOGO

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :