Warning: Creating default object from empty value in /home/ivoiregion_acces/ivoiregion.net/plugins/system/jat3/core/joomla/modulehelper.php on line 320
Emmanuel Yao N'goran: ON A OUBLIÉ QU’APRÈS CETTE CRISE, LA CÔTE D’IVOIRE NE POUVAIT PAS SE GÉRER SELON UN SCHÉMA CLASSIQUE…

Screen

Profile

Direction

Menu Style

Zone franche Emmanuel Yao N'goran: ON A OUBLIÉ QU’APRÈS CETTE CRISE, LA CÔTE D’IVOIRE NE POUVAIT PAS SE GÉRER SELON UN SCHÉMA CLASSIQUE…

Emmanuel Yao N'goran: ON A OUBLIÉ QU’APRÈS CETTE CRISE, LA CÔTE D’IVOIRE NE POUVAIT PAS SE GÉRER SELON UN SCHÉMA CLASSIQUE…

Les dissensions qui minent le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) depuis les élections législatives ont, manifestement, atteint leur top à l’issue des consultations locales (municipales et régionales) couplées.

 

Dans ce post (publié sur son profil Facebook, dimanche soir et que nous publions ici, avec son autorisation), Emmanuel Yao Ngoran attire l’attention des formations politiques constituant le RHDP sur le risque qu’ils font courir à la Côte d’Ivoire, s’ils persistent dans le choc de leurs ambitions personnelles.

En sortant du siège du Golf à la fin de la crise postélectorale, en avril 2011, les cadres des partis constitutifs du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) ont cessé de réfléchir en termes de stratégie d’union et d’occupation de l’espace public pour impulser le rassemblement, le vivre-ensemble et l’inclusion. Ils ont été essentiellement portés par les impératifs de partage du pouvoir politique, avec, en appoint, des préoccupations d’ambition et de compétition. Les contentions nées des différentes consultations électorales après les présidentielles ne sont que le résultat de chocs d’ambition exprimés par le prisme partisan des coteries politiques.

On a oublié qu’en sortant de cette crise, la Côte d’Ivoire ne pouvait pas se gérer selon un schéma classique et régulier de positionnement par rapport aux partis politiques, sans recréer les conditions d’une autre crise; on n’a pas compris que c’est l’exclusion qui est à la base de notre descente aux enfers. Et que, laisser le pays dans les chicanes de partis politiques, qui sont eux-mêmes alourdis par leur bastions ethniques et régionaux, signifierait renouer avec la démagogie, les intrigues et la violence suscitées par l’exclusion née d’égoïsme et de gourmandise.

Le RHDP, qui devrait offrir une base large et variée au Chef de l’Etat, a été mis sous l’éteignoir. Principalement par des cadres de son parti et ceux du PDCI. Il faut le dire aujourd’hui avec vigueur et honnêteté: sans le RHDP, nous risquons de retomber dans les divisions d’hier. Pris individuellement, nous sommes faibles, mais unis, nous sommes forts. Il est encore possible de proposer un nouveau cadrage, un casting gagnant de rassemblement, de cohésion et d’équilibre, dans les appareils dirigeants du pays. Il faut que le leadership de notre pays promeuve le rassemblement et impulse l’union par le choix de cadres et responsables de la direction de notre pays sur une base large, inclusive et cohésive. C’est ma parole de ce soir.

 

Emmanuel Yao N'goran

http://www.facebook.com/emmanuel.ngoran

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

New York, 19 mai 2013

 

La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.La vitrine du développement local.

Nos prestations

Nos partenaires

Sigma journalistes conseils

Rejoignez nous sur :